Une proposition de loi à rejeter


Après son vote en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, la proposition de loi Rilhac

doit maintenant être examinée par le Sénat mercredi 20 octobre.


Elle ne répond toujours pas aux besoins exprimés par les directrices et directeurs, mais

aussi par les enseignant·es, pour améliorer le fonctionnement de l’école.

Les parlementaires, soutenu·es par le ministre, s’obstinent dans la création d’une autorité

fonctionnelle qui mettrait à mal la place centrale du conseil des maîtresses et maîtres

animé par les directrices et directeurs, lieu de débats et de démocratie au sein des écoles.

Nos organisations syndicales continuent d’intervenir et de mobiliser pour faire échec à

ce projet qui bouleverserait en profondeur le fonctionnement actuel des écoles. Les

personnels n’ont pas besoin de hiérarchie dans l’école, mais de renforcer le collectif

pédagogique.


L’expérimentation annoncée à Marseille s’inscrit dans cette même logique d’ajouter au

sein des écoles un échelon à la chaîne hiérarchique. Nos organisations syndicales

apportent tout leur soutien aux enseignant·es des écoles marseillaises qui se mobilisent

actuellement pour refuser cette expérimentation.


Dans le même temps, nos organisations poursuivent leur mobilisation pour mettre en

échec ces attaques contre l’école, qui doivent être abandonnées.


Les organisations SNUipp-FSU, Snudi-FO, CGT Educ’action et Sud Education continuent à

diffuser et à faire signer largement la tribune « Nous, directrices et directeurs, refusons la

proposition de loi Rilhac ! » qui a déjà recueilli plusieurs milliers de signatures. Elles

multiplient également les RIS dans les départements afin de débattre des suites de ces

actions.


Elles se donnent rendez-vous dès le 21 octobre afin de construire ensemble de nouvelles

mobilisations après les vacances d’automne et soutiennent toutes les actions et

mobilisations qui se développent sur le territoire.

Paris, le 19 octobre 2021

12 vues0 commentaire