Le virus des inégalités se développe dangereusement


La crise sanitaire a surtout touché les plus démuni·es, les plus précaires et a épargné les plus fortuné·es accentuant très fortement les inégalités dans le monde.


Le rapport Oxfam est sans appel : dans le monde les plus grosses fortunes mondiales se sont enrichies à la faveur de la crise.


La France n’échappe pas à cette situation, avec en parallèle un million de personnes supplémentaires qui auraient basculé dans la pauvreté. Il ne faut pas, bien sûr, attendre de nos dirigeant·es qu’ils et elles mènent une politique en faveur de plus de justice sociale.


La CGT s’est fortement mobilisée contre cette contre-réforme qui doit purement et simplement être retirée. Selon la plupart des prévisions économiques, les licenciements vont se multiplier dans les prochains mois, pourtant, le gouvernement a, en instaurant cette contre-réforme, choisi son camp. À l’opposé, il faut exiger une véritable réforme garantissant de nouveaux droits renforcés et protégeant les personnes tout au long de la vie.


De même, il est temps de mettre fin à cette société à deux vitesses. Il est légitime de remettre au goût du jour l’idée d’une autre répartition des richesses. Ne soyons pas complexé·es ! Exigeons la fin de versements de dividendes outranciers et faisons davantage contribuer les plus fortuné·es au bien–être de toutes et tous au niveau social économique et environnemental


Isabelle Vuillet

Co-secrétaire générale de la CGT Educ’action.


Edito à retrouver dans le PEF 169 de juin 2021


Posts récents

Voir tout