Déclaration des élu-e-s CGT Éduc'action Bretagne à la CAPA PLP du vendredi 2 juillet 2021


Monsieur le Recteur, Madame la Directrice des Ressources Humaines,

Mesdames, Messieurs,

Enfin de retour rue d’Antrain !

Si les élu-e-s CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE, plein-e-s d’entrain, se réjouissent de pouvoir se retrouver pour cette CAPA promotion d’avancement accéléré des PLP de l’académie de Rennes, il n’en reste pas moins vrai que celle-ci ressemble plutôt à un dernier repas, nous laissant un peu sur notre faim !


Cette fin de bal du paritarisme, décrétée en août 2019 dans « la loi de la Transformation de la Fonction Publique », annexée à la généralisation de l’autonomie des EPLE, et de fait, au renforcement du pouvoir hiérarchique des personnels d’encadrement et/ou d’inspection pour la gestion de carrière et de mobilité des personnels n’augure rien de bon quant aux zones d’ombre subjectives qui découleront de leurs décisions futures.


Car, ce n’est pas en renforçant les hiérarchies intermédiaires qui instaurent concurrence et pression et donc tendent les relations entre les personnels que le collectif pourra être développé. Il faut rétablir la sérénité au sein des équipes dans les écoles et les établissements.


La CGT ÉDUC’ACTION refusera toute attaque sur les statuts et toute nouvelle dégradation des conditions de travail des personnels. Leur charge mentale est déjà aux limites du supportable en raison des pressions qui se multiplient et des nouvelles règles managériales issues du privé appliquées dans les services.


De plus, après avoir attendu en vain les annonces à la suite du Grenelle de l’Éducation en mars dernier, que la CGT ÉDUC’ACTION avait quitté, nous avons enfin pris connaissance des mesures prévues pour les personnels.


Force est de constater que ces annonces sont très en-deçà des attentes et tout à fait insuffisantes par rapport aux revendications. Contrairement à ce que les personnels étaient en droit d’attendre, il n’y aura pas de « revalorisation historique », mais une opération pièce jaune, avec des contreparties inacceptables, pas de loi de programmation et donc aucun engagement sur le long terme.


Fidèle à son idéologie, les propositions du ministre sont fondées sur l’indemnitaire et le mérite, synonyme d’arbitraire, avec toutes les inégalités qu’elles génèrent notamment pour les femmes.

Néanmoins, nous persistons à demander l’abrogation du PPCR que nous n’avons pas signé.


Depuis des années, le point d’indice est gelé, le pouvoir d’achat s’est érodé La CGT ÉDUC’ACTION continue d’exiger une augmentation immédiate de l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale de 400 euros en rattrapage du pouvoir d’achat perdu. Elle revendique une classe/grade unique, avec un avancement uniforme sans notion de mérite.


Pour l’Éducation, la CGT persiste à réclamer un plan d’urgence avec, entre autres, des moyens pérennes permettant une baisse drastique des effectifs par classe, un recrutement massif de personnels et des investissements massifs dans le bâti.


Nous continuons également à demander l’abrogation de toutes les contre-réformes et notamment celle de la transformation de la voie professionnelle parce qu’elles favorisent le tri social et la sélection qui sont à l’opposé de nos valeurs.


Nous refusons également la casse du service public, le renforcement de la précarité et les pressions permanentes qui enlèvent tout sens à nos métiers et privent de nombreux personnels de leur dignité en les méprisant et en ne leur accordant aucun droit.


Aussi, la CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE continuera à défendre les intérêts des collègues PLP de l’académie tout en restant au plus d’eux/elles, et en maintenant le lien avec nos collègues de la DPE 2, qui n’ont pas démérité-e-s à continuer de travailler dans des conditions inédites et particulières durant cette crise que nous avons subie collectivement au gré des adaptations aléatoires voire confuses dans l’application des protocoles sanitaires pour maintenir le lien social dans l’intérêt des élèves dans le dogme du « faire toujours mieux et plus avec moins de moyens ». Qu’ils/elles en soient une fois encore remercié-e-s de vive voix ici.


Enfin gageons à l’avenir que dans notre Ministère élargi à la Jeunesse et aux Sports, l’ensemble des personnels, attachés à leurs missions et métiers lorsqu’il s’agit de mouiller le maillot, ne soient pas relégué-e-s en queue de peloton selon la couleur indélébile du maillot qu’ils/elles devraient porter à l’approche d’une ligne d’arrivée de plus en plus lointaine voire incertaine !

Merci de votre attention.


Les élu-e-s CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE


Téléchargez le PDF