Déclaration de la CGT Éduc'action Bretagne au Comité Technique Académique de Rennes du 18 novembre


Monsieur le Recteur, Mesdames, Messieurs,


Tout d’abord, la CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE tenait à saluer l’hommage rendu dernièrement par l’ensemble des personnels de l’académie de Rennes à notre collègue Samuel Paty, sauvagement assassiné le 16 octobre 2020, et voulait remercier plus particulièrement l’initiative prise par le Rectorat de renommer l’amphithéâtre où nous siégeons en ce jour de CTA, comme symbole républicain de notre inaliénable liberté d’expression et du vivre ensemble.


De ce passé, nous ne ferons pas table rase !


Car, en ces temps de révision malfaisante, notre Histoire commune, ponctuée de mensonges pestilentiels ou de contre-vérités nauséabondes distillées par des zélés de tout poil, dont la plume trempée dans le venin de la Haine du genre humain, ne saurait se résumer aux temps obscurs et sombres des jours anciens vendus comme un idéologique « c’était mieux avant »!


Alors, habité-e-s par notre libre arbitre et notre liberté de conscience sans faille, nous ne tomberons pas dans le piège tendu par les délires malthusiens de complotistes patentés qui nous expliqueraient, avec conviction éhontée, que la baisse drastique, et bien réelle, des effectifs élèves des établissements publics de notre académie serait certainement liée à la volonté intentionnellement mortifère des grands laboratoires pharmaceutiques planétaires de vacciner à outrance notre jeunesse comme pour mieux la remplacer.


Mais faire le simple constat factuel d’une démographie en baisse au regard d’un taux de natalité déclinant semble irrationnel à leurs yeux.


Car les vraies inquiétudes sont sans doute à chercher dans la perte de repères existentiels qui anime l’humanité de ne plus savoir de quoi sera fait le monde écologique, climatique et sanitaire de demain. Sa survie n’aura que faire de se préoccuper du prénom ou des vêtements que nos élèves porteront dans un futur plus ou moins proche.


Il en va ainsi des fuites d’élèves du public vers les établissements privés, au gré du besoin de se réfugier auprès d’une entité suprême et rassurante, comme des échéances politiques à venir, où les programmes ne manqueront de vanter les mérites et les bienfaits de l’assurance d’offrir une solution à chaque jeune par la voie de l’apprentissage, alors qu’en même temps le dépeçage d’une carte des formations, davantage garante d’un emploi effectif, continue.


De même, la généralisation bien pensée de la contractualisation dans l’Éducation Nationale laissant des pans entiers d’heures de cours de certaines disciplines non dispensées, ou de suppléances non pourvues dans les EPLE, alors que ruissellent les heures supplémentaires obligatoires, offre aisément les arguments anti-fonctionnaires vivement relayés par des réseaux peu sociaux et alimentés au quotidien par des médias partisans et méprisants.


Aussi, il conviendrait urgemment à reconsidérer l’accueil fait aux contractuel-le-s alternant-e-s pourtant voué-e-s à devenir nos collègues de demain, mais également à repenser des salaires dignes et un statut à hauteur des besoins en personnels AED et AESH dont la colère légitime est proportionnelle à leur précarité galopante, sans parler enfin de l’insignifiante revalorisation indemnitaire de la filière administrative, santé, sociale et ITRF présentée aujourd’hui pour avis. C’est pourquoi la CGT ÉDUC’ACTION s’abstiendra, exigeant le dégel du point d’indice dans toute la Fonction Publique avec un rattrapage immédiat de 400 € net pour toutes et tous !


De plus, la reconquête du bien être pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des salarié-e-s, mais aussi d’apprentissages des élèves passera nécessairement par ce point de rupture seule négociation envisageable d’un réel plan de relance vantée pour l’arrivée des jours meilleurs qui tardent à venir. En attendant la journée internationale de luttes contre les violence sexistes et sexuelles du 25 novembre prochain, la CGT renouvelle sa demande de report de l’audit des organisations syndicales représentatives de l’académie pour la labellisation Afnor « égalité/diversité».


Enfin, guidée par ses valeurs humanistes et pacifistes , et bien loin des préoccupations idéologiques voire électoralistes de notre passéiste Ministre Blanquer, submergé par une vague le ramenant sur des berges antiques d’une thalassocratie «Mare Nostrum »qui verrait le retour des langues anciennes mises en coma artificiel avancé depuis fort longtemps, la CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE n’en perd pas pour autant son latin, et veillera de ne pas remettre aux calendes grecques la création de postes de lettres classiques et de continuer à tendre les bras à celles et ceux de l’autre côté de la Méditerranée qui contribuent depuis des siècles déjà à l’enrichissement de notre Nation.


Merci de votre attention.


Les élu-e-s CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE au CTA de l’académie de Rennes


Télécharger le PDF



8 vues0 commentaire