Appel départemental à la grève le 23 septembre 2021


Rendez vous le 23 septembre à 10h30 à VANNES devant la DSDEN, Allée Troadec.


Télécharger le PDF

L’Ecole a été soumise à rude épreuve et les personnels ont terminé l’année dans un état de fatigue rarement atteint.

La rentrée 2021 est de nouveau marquée par le manque d’anticipation et la

confusion de la politique suivie face à la poursuite de la crise sanitaire. Par ail l eurs, alors que cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création

massive de postes pour l’éducation dans un contexte qui a rendu plus compliquée la

progression des apprentissages, le ministère poursuit une politique qui v a à rebours des

besoins du service public.

Refus de créer un collectif budgétaire pour la création de postes d’enseignant.es, de

CPE, AED, AESH, de PsyEN, de RASED, de personnels administratifs, techniques, s anté et

sociaux dans les écoles, les établisse ments et les services pour répondre aux besoins et

annuler les suppressions de postes notamment dans le 2d degré où le déploiement

d’heures supplémentaires est une réponse inadaptée


Dans le Morbihan , en cette rentrée

➢ Des classes de maternelle s à plus d e 30 de moyenne,

➢ Des classes de collèges à 31 ou plus,

➢ Des classes de S E GPA en surcharge,

➢ Des difficulté s à recruter des AED alors même que le bassin d accueil est étudiant .

➢ Précarisation des stagiaires avec notamment l embauche da ns notre département

de 72 contractuel.le s alternant .es qui seront en responsabilité de classe sans avoir

obtenu le concours , conséquence de la réforme de la formation

➢ Nombre d'enfants en situation de handicap ne sont pas accompagné s par manque

de personnels AESH. De p lus, l a mutualisation des AESH via le PIAL m et les

collègues en difficulté, au détriment de l accompagnement des élèves. Ici, 1 AE SH

pour 5 élèves, là un .e élève suivi .e par 3 AESH

➢ Dans le premier degré, le manque de remplaçants aboutira très rapidement à de

nombreuses cl asses sans enseignant.e, mettant les équipe s d école en grande

difficulté.


Encore une fois, le ministre est dans le déni de réalité en refusant de prendre les mesures nécessaires. Cette absence d’anticipation et de prise de décisions est irresponsable au regard des enjeux de gestion et de sortie de crise.


Les annonces du Grenelle ont confirmé qu’il n’y aurait pas de loi de programmation

pluriannuelle . Un renoncement de plus qui ne répond pas aux attentes salariales des

personnels et e n exclut la majorité . Au delà de la deuxième tranche de la prime

d’attractivité, très insuffisante pour rattraper les retards, il est bien difficile de voir de

quelconques perspectives de revalorisation pour les années à venir. Il est urgent

d’augmenter le s salaires de tous l es personnels.


Nos organisations dénoncent l’ensemble de ces mesures qui tournent le dos à la priorité à l’éducation et cherchent à transformer en profondeur les métiers dans le sens de contraintes supplémentaires sur les personnels : projet de création d’un emploi fonctionnel de directeur d’école et de hiérarchies intermédiaires, pilotage par l’évaluation . Nous ne pouvons accepter de tels reculs.


L’ inacceptable annonce présidentielle faite à Marseille lance de la p lus mauvaise des

façons le débat sur l’ école dans la campagne présidentielle. Elle coïncide également avec le

second passage au parlement programmé en septembre de la proposition de loi Rilhac,

téléguidée par le ministère et largement rejetée par la profession enseignante . N os

organisations refusent ce projet qui dérégule rait le fonctionnement actuel de l’école.


Nos organisations refusent la généralisation du contrôle continu et demandent le

rétablissement du baccalauréat national pour la session 2022 , ave c des épreuves

nationales, terminales et anonymes.


Nos organisations appellent la profession à se mobiliser afin d’exiger un plan

d’urgence pour le service public d’Education. Notre Ecole ne peut fonctionner sans

moyens supplémentaires et sans personnels revalorisés et reconnus dans leurs

expertises professionnelles.


Elles appellent les personnels à la grève le 23 septembre.

Elles appelleront à poursuivre ces actions, en particulier dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle du 5 octobre.


Rendez vous le 23 septembre

à 10h30

à VANNES

Devant la DSDEN, Allée Troadec

43 vues0 commentaire