Rentrée sociale 2020 :

le 17 septembre, on déconfine les luttes !

 

Toutes et tous en grève le 17 septembre 2020 !

LORIENT : 10h30 Sous-préfecture
PONTIVY : 10h30 La Plaine
VANNES : 10h30 Poulfanc
BELLE-ÎLE : 11h Le port (Palais)

 

À peine deux semaines après la rentrée, l'effet domino de la contamination et

des fermetures est désormais lancé...


- faute de moyens de protections en quantité, de qualité suffisante et adaptés à la réalité du métier,


- faute de moyens en remplacement des personnels,

- faute de possibilité à permettre la distanciation physique suffisante.


Le gouvernement fait peser un risque sur les personnels, les élèves et les familles : risque pénal, risque sanitaire et risque social.
 

D'autres choix sont pourtant possibles pour permettre la reprise durable de la scolarité dans des conditions sanitaires et

pédagogiques correctes. Refusons le fatalisme :

- Remplissons le registre santé pour signaler les anomalies et mettre notre  hiérarchie devant ses responsabilités.
- Rejoignons la mobilisation de jeudi 17 septembre à l'appel des organisations syndicales : CGT, FSU, Solidaires, et des
organisations de la jeunesse : UNEF, UNL, FIDL et MNL.

 

Un plan d’urgence pour l’École et l’abandon des réformes !

Depuis le déconfinement, pourtant, le Ministère a eu plusieurs mois pour prendre les mesures permettant de concilier le retour de l’ensemble des élèves et la distanciation physique.


Pour la CGT Éduc’action un plan d’urgence aurait dû et doit être financé pour recruter des personnels afin de :

  • diminuer les effectifs par classe (comme en Italie)

  • installer des points d’eau supplémentaires

  • trouver des solutions pour compenser l’insuffisance de salles et multiplier les groupes dans les écoles et établissements.

 

Pour le reste, Jean-Michel Blanquer ne tire aucun enseignement de la crise sanitaire, économique et sociale comme des inégalités criantes révélées par le confinement.
Il poursuit ses réformes (lycée, « fondamentaux », évaluations, territorialisation, direction d’école…) de tri social des élèves, d’attaque contre le caractère national de l’Éducation.


 

Avec la CGT Éduc’action, exigeons :

  • un recrutement massif de personnels titulaires dans l’Éducation et dans les services publics ;

  • l’abandon des réformes de la Fonction publique et des retraites ;

  • 400 euros d’augmentation immédiatement (et non une prime !) .

lettre rentree.jpg

Dossier Stagiaires

1er & 2nd degré

2020 - 2021

Articles récents

Articles récents

 Communiqué - 1er mai : confinés mais ni résignés, ni isolés !

Prenez-vous en photo avec une pancarte et partagez-là :

  • commencez votre message par : « Le jour d'après je veux » et faites entendre vos revendications !

  • partagez vos photos, directement sur les réseaux sociaux en utilisant #1maicgt ;

  • vous pouvez également nous les adresser sur l’adresse mail photos- luttes@cgt.fr de façon à ce que la communication confédérale puisse les partager.

Le 13 avril le président Macron a annoncé un début de déconfinement pour le 11 mai : il a donné comme signe fort d’une reprise de l’activité économique de notre pays la réouverture progressive des crèches, écoles, collèges, lycées. Cette annonce imprévisible a inquiété et interrogé toute la population et, en premier lieu, les personnels de l’éducation. Peu des questions posées par cette annonce ont trouvé une réponse et particulièrement celles touchant à la sécurité des élèves et des personnels. Ce qui est sûr c’est que cette décision n’a pas été guidée par l’intérêt des élèves ou les impératifs pédagogiques, contrairement aux discours gouvernementaux, mais bien par la nécessité de donner des moyens d’accueil aux enfants des travailleurs et travailleuses afin de les renvoyer le plus vite possible au travail ! Alors que Macron se targuait de suivre les préconisations des scientifiques pour guider son action, on sait désormais qu’il fait fi des recommandations du fameux Conseil scientifique qu’il a lui-même créé !

Texte commun 1er mai Plus jamais ça

1er Mai : Le jour d'après je veux quoi ?

PUBLIÉ LE 24 AVR 2020

 

Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce 1er Mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs.

Depuis le début de la crise sanitaire, des millions de personnes sont confinées. De nombreux pays vivent grâce aux oublié·e·s, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.

Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Les mots sont évidemment insuffisants pour exprimer notre colère et notre détermination à faire changer les choses.
 

Nous porterons ce 1er Mai 2020, bien que confiné·e·s, les revendications qui sont plus que jamais d’actualité.

Sacrifier la santé des travailleur·se·s n’est pas admissible

La santé, la sécurité, le droit de retrait, de grève, le droit syndical doivent être respectés !

Sacrifier les droits des travailleur·se·s sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer quelle que soit la situation

Ce n’est pas une prime donnée au bon vouloir du patron ou de l’employeur public, une aide ponctuelle aux plus modestes qui suffiront aux travailleur·se·s : ce sont de vraies revalorisations salariales du Smic et des salaires, en particulier dans les conventions collectives où ils sont les plus bas, tout comme dans la Fonction publique !

Sacrifier les plus précaires d’entre nous n’est pas admissible dans une société d’égalité et de solidarité

Vacataires, intérimaires, intermittent·e·s, services civiques, la précarisation des travailleur·se·s s’est multipliée ces dernières années et la situation des chômeur·se·s et étudiant·e·s a été dégradée, tout comme celle des sans-papiers aujourd’hui ignoré·e·s sur le plan sanitaire comme social.

Communiqués de presse / déclarations -  Janvier /février 2020

Déclaration des élu-e-s CGT ÉDUC 'ACTION BRETAGNE à la CAPA PLP
du vendredi 31 janvier 2020 au rectorat de Rennes

Tout d’abord, la CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE voulait souhaiter in extremis une bonne et merveilleuse année à l’ensemble des collègues de la DPE...

Dans le second degré : 22484 élèves en plus…. 440 postes en moins !
La rhétorique du ministère est bien huilée : pas d’inquiétude, ces 440 postes en moins dans le second degré  ..

Dans un courrier daté du 17 janvier 2020, Emmanuel ETHIS, Recteur de l’académie de Rennes, a donné des instructions hallucinantes aux proviseur·es des lycées généraux, technologiques et professionnels, , ainsi qu’aux DASEN des départements, concernant ce qu’il appelle « les élèves migrants mineurs en situation irrégulière sur le territoire ».

Le 20 janvier, le ministère a dévoilé aux organisations syndicales ses projets de décrets et arrêtés sur les indemnités d’évaluation des E3C qui seront étudiés au comité technique ministériel du 29 janvier.

«Nous entrerons dans la carrière quand nos ainés n'y seront plus » dit la Marseillaise.
Cette carrière n'en finit pas de s'allonger et qui plus est, son déroulé n'est pas un long fleuve tranquille
car il est parsemé de bosses et de creux. 

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit depuis plus d’un mois, les AESH tiennent à exprimer leur indignation devant un projet qui renforcera leur précarité à vie.

Lire la suite ...

pas de hasard pour ma retraite.jpg

Passage au système à points, abandon du calcul sur les 25 meilleures années, montant des retraites bloqués à 14% du PIB : voici les grandes lignes de la réforme ...

A moins d’un mois de tenue des épreuves, rien n’est prêt, ce qui contribue au stress grandissant des élèves. Les enseignants expriment leur malaise, ne pouvant faire correctement leur travail ....

Vidéos 

CGT Educ'action du Morbihan, 82 Boulevard cosmao dumanoir, 56100 Lorient. 02 97 87 41 17 / 06 88 32 30 63. 56@cgteduc.fr