Cette année, les jurys de bac vont se dérouler de façon inédite. Cette situation implique des risques qu’il est nécessaire de prévenir. La CGT Éduc’action demeure vigilante pour le maintien d’un baccalauréat général et technologique national et appelle à ne pas faire payer aux candidat·es la situation sanitaire.
Les jurys

Télécharger le tract au format

INFO CNU n° 1515 "spéciale apprentissage",

 

Vous trouverez ici des documents d'information sur les questions liées à l'apprentissage. Ce sont des notes pro remises à jour. Il y a notamment celle sur les chiffres de l'apprentissage avec une analyse et des commentaires sur l'actualité récente.

Ces notes pro sont essentiellement destinées à vous aider dans votre travail militant pour animer vos réunions dans les sections, dans les SDEN ou les collectifs EP dans vos académies. 

  - Notes pro chiffres apprentissages (4 pages)

- Notes ApprentissageLoiAvenirprodV2 (1 page)

- Notes pro apprentissage discrim (1).(2 pages)

- Notes pro Apprentissage Financement version def juin 2020 (2 pages)

diaporama-page-001.jpg

Articles récents

 Communiqué - 1er mai : confinés mais ni résignés, ni isolés !

Prenez-vous en photo avec une pancarte et partagez-là :

  • commencez votre message par : « Le jour d'après je veux » et faites entendre vos revendications !

  • partagez vos photos, directement sur les réseaux sociaux en utilisant #1maicgt ;

  • vous pouvez également nous les adresser sur l’adresse mail photos- luttes@cgt.fr de façon à ce que la communication confédérale puisse les partager.

Le 13 avril le président Macron a annoncé un début de déconfinement pour le 11 mai : il a donné comme signe fort d’une reprise de l’activité économique de notre pays la réouverture progressive des crèches, écoles, collèges, lycées. Cette annonce imprévisible a inquiété et interrogé toute la population et, en premier lieu, les personnels de l’éducation. Peu des questions posées par cette annonce ont trouvé une réponse et particulièrement celles touchant à la sécurité des élèves et des personnels. Ce qui est sûr c’est que cette décision n’a pas été guidée par l’intérêt des élèves ou les impératifs pédagogiques, contrairement aux discours gouvernementaux, mais bien par la nécessité de donner des moyens d’accueil aux enfants des travailleurs et travailleuses afin de les renvoyer le plus vite possible au travail ! Alors que Macron se targuait de suivre les préconisations des scientifiques pour guider son action, on sait désormais qu’il fait fi des recommandations du fameux Conseil scientifique qu’il a lui-même créé !

Texte commun 1er mai Plus jamais ça

1er Mai : Le jour d'après je veux quoi ?

PUBLIÉ LE 24 AVR 2020

 

Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce 1er Mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs.

Depuis le début de la crise sanitaire, des millions de personnes sont confinées. De nombreux pays vivent grâce aux oublié·e·s, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.

Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Les mots sont évidemment insuffisants pour exprimer notre colère et notre détermination à faire changer les choses.
 

Nous porterons ce 1er Mai 2020, bien que confiné·e·s, les revendications qui sont plus que jamais d’actualité.

Sacrifier la santé des travailleur·se·s n’est pas admissible

La santé, la sécurité, le droit de retrait, de grève, le droit syndical doivent être respectés !

Sacrifier les droits des travailleur·se·s sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer quelle que soit la situation

Ce n’est pas une prime donnée au bon vouloir du patron ou de l’employeur public, une aide ponctuelle aux plus modestes qui suffiront aux travailleur·se·s : ce sont de vraies revalorisations salariales du Smic et des salaires, en particulier dans les conventions collectives où ils sont les plus bas, tout comme dans la Fonction publique !

Sacrifier les plus précaires d’entre nous n’est pas admissible dans une société d’égalité et de solidarité

Vacataires, intérimaires, intermittent·e·s, services civiques, la précarisation des travailleur·se·s s’est multipliée ces dernières années et la situation des chômeur·se·s et étudiant·e·s a été dégradée, tout comme celle des sans-papiers aujourd’hui ignoré·e·s sur le plan sanitaire comme social.

Réouverture des écoles : Pour la CGT Éduc’action c’est non !

CGT Éduc'action - 263 rue de Paris - case 549 - 93515 Montreuil cedex

Mel : unsen@cgteduc.fr - Site : www.cgteduc.fr

Montreuil, le 28 avril 2020

C’est avec consternation que la CGT Éduc’action a pris connaissance des annonces du Premier ministre concernant la réouverture des écoles dans le cadre du déconfinement.

Cette volonté d’imposer la réouverture, contre l’avis du Conseil scientifique et de l’INSERM, ne serait faite que pour des raisons pédagogiques et sociales. Mais qui peut encore croire à cette fable ?

Les lycées ne rouvriraient pas avant début juin : doit-on comprendre que les difficultés sociales et le décrochage pédagogique s’arrêtent à 16 ans ?

La réouverture des collèges, le 18 mai, ne se ferait que dans certains départements moins touchés par le virus, en commençant par les 6e et les 5e mais les écoles maternelles et élémentaires, elles, rouvriraient partout !

Il serait temps que ce gouvernement cesse de se moquer des personnels, des familles et de l’ensemble de la population. Seuls les enfants de moins de 14 ans sont censés reprendre le chemin de l’école en mai.  Il est donc évident que l’unique priorité qui guide les choix de réouverture des écoles, mais aussi des crèches, est de permettre la garde d’enfants pour favoriser la reprise du travail des parents.

Lundi 13 avril à 20:02, le temps que les Français puissent applaudir le dévouement des personnels de Santé, le président Macron a fait un certain nombre d'annonces concernant l’éducation, la principale étant la réouverture progressive des écoles.
Bas les masques : le pourquoi de cette précipitation Loin du principe de précaution, le président Macron fait prendre des risques mortels à l’ensemble de la population. Cette ouverture des écoles ne s’appuie pas sur des raisons sanitaires : il n’y a à ce jour aucun vaccin et la contamination par le virus peut s’avérer
mortelle. Loin des mesures prophylactiques rendues nécessaires par la contagiosité extrême du virus, le confinement reste la seule réponse possible face à la pandémie.
Ainsi, la fin décrétée par Macron du confinement avant que chaque personne soit équipée en masque et puisse être dépistée, puisque les tests seront seulement réservés aux personnes présentant des symptômes de la maladie, fait grandement planer le risque d'une « 2ème vague » de l'épidémie.

La réponse est donc bien loin de l'intérêt des élèves et des personnels : ouvrir des écoles,c’est rassurer les actionnaires qui verront revenir au travail les salariés libérés de leurs
contraintes parentales.

COVID19 FERC-CGT : mes droits questions/réponses.

 

En cette période de confinement, pour répondre aux salarié.e.s du public comme du privé de l'Education, de la Formation, de la Recherche et de la Culture, la FERC-CGT met à votre disposition uine plateforme. Il s'agit d'une démarche syndicale qui par delà la réponse juridique vise à outiller les travailleurs.euses dans leur actions collectives auprès de leur employeur.euse.

Coronavirus : Pourquoi la pénurie de médicaments, masques, respirateurs... ?

La CGT - 15  avril 2020

L'industrie pharmaceutique, le médicament génèrent des milliards de profit. En parallèle, ces industries abandonnent la recherche fondamentale et ne veulent, profits obligent... Raison de cette crise, des délocalisations et propositions : Manu Blanco, dirigeant de la CGT.

Actualités

ÉDITO
Nous espérons que vous allez bien, vous et vos proches. Il fait beau... et le travail à la maison pour nous , personnels de l'éducation nationale, n'est pas une partie de plaisir, n'en déplaise à la porte-parole du gouver-nement Macron, madame Sibeth Ndiaye… (cf.«Prof-bashing au sommet »). 


La période qui s'ouvre maintenant depuis plusieurs semaines est inédite dans l'histoire : le confinement international pour cause de pandémie est une première. Et même si l'urgence de la situation sanitaire semble
justifier de mesures drastiques d'un confinement généralisé de toute vie sociale directe, les mesures restrictives décidées par un président devenu général en chef de guerre sont plutôt inquiétantes..

En effet, l'utilisation des ordonnances pour étriper le code du travail avec la possibilité de faire travail-ler 60 heures par semaine 7 jours sur 7 les personnels de secteurs essentiels au fonctionnement de la société (personnels de Santé mais aussi tous les secteurs de production de médicaments, d'alimentation, de nettoyage, d'énergie et de gestion de l'eau...) est une mesure d'une violence extrême, qui consiste à davantage pressuriser ces travailleurs et travailleuses alors qu'il faudrait ouvrir davantage de postes pour au contraire leur permettre de travailler mieux et pouvoir ainsi tenir plus longtemps en cette période de crise dont nul ne connaît la fin !

Pétition : Plus jamais ça ! Construisons ensemble le Jour d’Après

Face à l’urgence sanitaire, des mesures de rupture sont nécessaires. A la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », les signataires de cette pétition demandent au gouvernement de prendre immédiatement 4 mesures :

  1. L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.

  2. Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.

  3. La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.

  4. La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Vous devez vous connecter sur IPROF / SIAM entre le 18 mars 12h et le 02 avril 2020 14 h 

Dossier à retourner aux Élu(e)s Paritaires à l’adresse suivante
URSEN-CGT RENNES
5, rue de le Sauvaie 35000 RENNES
Ou par mail à rennes@cgteduc.fr

Continuité pédagogique et enseignement à distance :

que veut nous dire le directeur du CNED ?

Depuis la fermeture des écoles et établissements scolaires la semaine passée, nous assistons à la mise en 

Cela soulève un certain nombre de questions sur les pratiques pédagogiques, les conditions de travail et d’étude, mais aussi sur les outils mis à disposition des personnels et des élèves par l’administration.  Au-delà des aspects pratiques et techniques qui ont très vite montré leurs limites, cette mise en œuvre suscite de nombreuses questions sur le métier d’enseignant·e.

Les déclarations de la CGT Educ'Action  du Morbihan du mois de mars 2020

Comité technique académique (CTA) du 24 mars 2020.
Déclaration unitaire de la FSU, SGEN, CGT, FO, SUD et UNSA

La crise sanitaire que nous traversons est d’une gravité extrême. L’absence de moyens les plus élémentaires pour protéger les travailleurs est révoltante ! Cela n’a pas empêché un grand élan de
solidarité des personnels de l’Éducation envers les personnels soignants. Leurs enfants ont été pris en charge partout où cela a été nécessaire, très souvent sans mise à disposition des moyens de
protection. 

Déclaration de la CGT ÉDUC’ACTION BRETAGNE au Conseil Technique Spécial Académique de Rennes du 17 mars 2020


Monsieur le Recteur, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames, Messieurs,
La France fait face aujourd’hui à une crise sanitaire exceptionnelle, et il convient de protéger avant tout les plus faibles et les plus fragiles. Cette crise aura des conséquences sur l’emploi, c'est une évidence ; elle aura également mis en avant les effets désastreux des dégradations constantes, ces 30 dernières années, des conditions de travail et des droits sociaux des salari-é-es. La santé de toutes et tous doit être la priorité.

Lettre au  ministre

Paris le 23 mars 2020

Monsieur Jean-Michel BLANQUER
Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse
110 rue de Grenelle
75357 Paris SP 07


Monsieur le Ministre,
Les personnels montrent leur engagement pour accueillir dans les écoles les enfants de soignant-es, assurer les fonctions techniques et administratives qui requièrent impérativement leur présence sur site et maintenir une activité scolaire. 

Communiqués de presse / déclarations -  Janvier /février 2020

Dans le second degré : 22484 élèves en plus…. 440 postes en moins !
La rhétorique du ministère est bien huilée : pas d’inquiétude, ces 440 postes en moins dans le second degré  ..

Actualités

pas de hasard pour ma retraite.jpg

Passage au système à points, abandon du calcul sur les 25 meilleures années, montant des retraites bloqués à 14% du PIB : voici les grandes lignes de la réforme ...

A moins d’un mois de tenue des épreuves, rien n’est prêt, ce qui contribue au stress grandissant des élèves. Les enseignants expriment leur malaise, ne pouvant faire correctement leur travail ....

Vidéos 

CGT Educ'action du Morbihan, 82 Boulevard cosmao dumanoir, 56100 Lorient. 02 97 87 41 17 / 06 88 32 30 63. 56@cgteduc.fr